Top m'en 5, treizième impact : Les jeux Triple A

Publié le par Kevin-J. & Alvin

HighFive-logo Un nouveau jeudi arrive, et avec lui son Top m'en 5 concocté par nos soins. Après nous être intéressés la semaine dernière à nos amis les robots, nous allons revenir à des choses plus prosaïques, en nous intéressant aux jeux triple A. Nous ne parleront cependant pas des jeux à gros budgets (quoique) connu aussi sous cette appellation, mais des jeux qui permettent à leur héros de s'enfiler des litrons de bières, vodka ou quelque boisson alcoolisée que ce soit. Place donc à quelques un des jeux permettant de se prendre une bonne biture virtuelle.

 

Cinquième position : Fable (et oui, une fois de plus...)

FableVous devez commencer à comprendre, nous aimons beaucoup Fable sur la Traversée du Stick, et ce, même si son créateur nous a maintes fois déçus par le passé. Dans ce jeu mêlant action, aventure et un brin de RPG, vous aurez l'occasion d'interagir avec les habitants de l'univers de bien des façons. Que vous souhaitiez tailler le bout de gras ou leur roter au visage, c'est possible. Mais vous pouvez aussi, dans un souci de "réalisme" allez vous en jeter un derrière la cravate au troquet du coin, quitte à finir mal. Très mal même. Car au bout de quelques pintes, l'écran commence à se brouiller, jusqu'à devenir flou et trouble au possible, votre personnage finissant par dégobiller tripes et boyau sur la chaussée. 

 

Quatrième position : Conker 

conker

Dans toute l'histoire du jeu vidéo, l'écureuil de Rare est certainement l'un des seuls héros à commencer son aventure avec un taux d'alcool dans le sang bien au-dessus des limites légales. L'histoire débute donc par une bonne gueule de bois des familles, avant de partir explorer différents vices et violences, non sans humour noir (et vulgarité). Un peu plus tard dans le jeu, on fera même un détour  par une boite de nuit préhistorique. Pas question d'y prendre un godet pour autant, on se contente de toucher les liqueurs des yeux avant de partir chevaucher un T-Rex.

 

Troisième position : GTA IV

gta4

GTA IV est un exemple parfait de re-création d'un univers cohérent et réaliste. Au fur et à mesure de vos rencontres, vous pourrez tisser des amitiés avec les PNJ du jeu. Grâce à votre portable, vous pourrez rester en contact, et recevoir une invitation à sortir pour vous détendre. Que vous alliez danser ou jouer aux fléchettes avec votre cousin Roman (qui prend un malin plaisir à vous donner rendez-vous en plein milieu d'un deal qui tourne mal, ou lorsque vous êtes poursuivi par tous les flics de la ville), de nombreuses opportunités s'offriront à vous, et notamment la possibilité d'aller écumer les bars avec un de vos potes. Là, comme dans Fable, la fin de votre soirée se gâte un peu, vu que votre personnage fini rond comme une queue de pelle. En terme de jeu, cela se traduit par un écran qui se trouble, un personnage qui se vautre toutes les trois secondes, des commandes qui s'inversent en cour de route, et la caméra qui oscille. N'espérez donc pas prendre la voiture pour rentrer à votre planque, ou les flics auront bien vite fait de vous courser. GTA, un outil de prévention de l'alcool au volant?

 

Deuxième position : Yakuza

Yakuza

La série de GTA-like Yakuza de Sega propose également sa dose d'alcool. En bon riche célibataire japonais, Kazuma Kiryu fréquente régulièrement certains lieux un peu chauds, à savoir, des clubs de strip-tease et bien sur des bars à hôtesses. Afin d'impressionner sa belle plante, il faut bien entendu lui offrir la bouteille la plus chère possible. Tapez donc plutôt dans le champagne à 150 000 yens (1300 euros) la bouteille que dans le vieux saké bas de gamme. Notez que cette amusante quête annexe n'est pas disponible dans la version européenne de Yakuza 3, Sega ayant prétexté que ça aurait été trop compliqué à traduire et à doubler... Mais rassurez-vous bande de coquinous, Yakuza 4 n'a pas subi le même sort.

 

Première position : Dream C Club

dreamcclub

Dream C Club est un gros rêve d'otaku. Et fait clairement partie de ces jeux qu'on aimerait voir sortir chez nous tout en sachant pertinemment que ça n'arrivera jamais. Rappelons le concept pour ceux qui débarquent : il s'agit d'un simulateur de bar à hôtesses. Ni plus ni moins. Vous ne pouvez faire rien d'autre. Mais qui voudrait faire autre chose, n'est-ce pas ? Il s'agit donc de se rendre, chaque soir, au Dream C Club afin d'y dépenser tout son salaire auprès des jeunes filles présentes en ces lieux pour s'attirer leurs faveurs. Discussions gentilles, activités du type danse ou karaoké... Et également la possibilité de choisir avec précision la quantité d'alcool qui sera servie à notre table. C'est un peu immoral, je vous l'accorde, mais l'éthanol reste l'un des meilleurs amis de ceux qui ont du mal à pécho...

 

Publié dans Top m'en 5

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article