Top m'en 5, huitième impact : La 3D m'a tuer...

Publié le par Kevin-J. & Alvin

HighFive-logo

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour et bienvenue sur la traversée du stick pour un nouveau Top m'en 5 pas piqué des hannetons. Cette semaine, nous nous intéressons aux jeux qui ont très mal vécus le passage à la 3D. Simple mauvaise idée, mauvaise réalisation ou plantage le plus complet, veuillez trouver ici notre petite sélection...

 

 

Cinquième position : Donkey Kong 64

 

DonkeyKong

 

Donkey Kong, l'ancien rival de Mario, est longtemps resté dans l'ombre du plombier, avant de briller seul sous les projecteurs dans Donkey Kong Country. Et hop, d'un coup d'un seul, trois jeux de plateformes cultes qui voient le jour à la suite sur Super NES. La Nintendo 64 arrive bien vite derrière, et Donkey Kong tarde à se pointer. Rareware développe Diddy Kong Racing, un spin-off sympathique mais éclipsé par le cultissime Mario Kart 64.

Et puis en fin d'année 1999, Donkey Kong 64 débarque sans trop prévenir sur la console de Nintendo. Et ce dernier laisse un goût un peu amer dans la bouche. Le jeu ressemble énormément à Banjo-Kazooie, et utilise le même moteur. Le level-design est moyennement inspiré, le jeu est labyrinthique et complexe et fait la part belle à l'exploration, là où les joueurs attendaient juste un bon jeu de plateformes. Le cul entre deux chaises, voilà ce dont on retiendra de DK64, un jeu de commande pour Rareware qui l'a développé comme une version bêta de Banjo-Tooie. Bien, mais pas top, pour une franchise aussi célèbre. Sans surprise, Nintendo ne retentera jamais l'expérience d'un jeu de plateformes entièrement en 3D mettant en scène le gros singe, et reviendra à la 2.5D avec Donkey Kong Country Returns sur Wii.

 

Quatrième position : Earthworm Jim 3D

 

EarthwormJim

 

Un ver de terre. Un ver de terre a réussi à devenir l'un des plus grands héros de jeux de plateformes de la période 16 bits avec Earthworm Jim. Un véritable coup de bol dans la mesure où l'univers franchement loufoque n'était pas le plus aisé qui soit. Le premier jeu se vendra en tout cas plutôt bien et une suite verra le jour, ainsi qu'un dessin animé en 1995 et 1996.

Alors que les créateurs du jeu se sont éloignés de la franchise, Interplay va quand même mettre en route un troisième épisode, Earthworm Jim 3D, inspiré de l'anime, lui même inspiré du jeu. Comme on pouvait s'y attendre, Jim, le ver de terre, va malheureusement se prendre complètement les pieds de le tapis. Le jeu sera développé à la va vite pour Nintendo 64 et PC, la version Playstation prévue dans le même temps passant la trappe. Certains niveaux ne seront pas terminés à temps et seront supprimés abruptement. Graphiquement, le jeu à peine dans la moyenne de l'époque tandis que le gameplay est d'une affligeante banalité, loin des délires des opus 16 bits

 

Troisième position : Golden Axe Beast Rider

 

GoldenAxe

 

Sorti en 1989 sur borne d'arcade, Golden Axe est de ces jeux qui ont fait l'histoire de SEGA. Beat them all franchement jouissif doté d'un univers fantasy somme toute assez rare pour le genre, qui laissait alors la part belle aux bad boys et aux paysages urbains, ce jeu fut ensuite porté sur Master System et Megadrive, permettant ainsi à loisir de se foutre sur la tronche à la maison. Deux suites dans la même veine virent le jour, et puis plus rien après 1993. 

Du moins jusqu'en 2008, année ou SEGA eut l'idée de relancer la licence. Confiée à Secret Level, studio nouvellement acquis par la firme, et dernièrement responsable du désastreux Iron Man 2 (et depuis fermé rassurez-vous), Golden Axe Beast Rider est une véritable catastrophe. Si l'on retrouve les éléments clefs de la saga, le jeu demeure assez moche et peu inspiré, sans parler d'une jouabilité proprement exécrable, bien loin du traitement que ce titre historique aurait mérité.

 

Deuxième position : Metal Slug 3D

 

MetalSlug

 

Hit incontesté de l'arcade, véritable pilier de la Neo Geo et incarnation suprême du run and gun, Metal Slug est de ces jeux dont la simplicité confine au génie. Sur un principe simple, un bon petit soldat qui zigouille des vilains pas beaux par paquets de trouzmille avant d'aller botter les fesses du dictateurs du coin, SNK nous offre l'un des plus beaux jeux en 2D existant. Jouabilité ultra-simple, humour omniprésent, challenge à gogo, Metal Slug et ses suites formaient un tableau sans tâche. Jusqu'à ce que...

Car en 2006, l'éditeur de la franchise se décida à porter son bébé sur Playstation 2. Et bien mal lui en prit. Car de shooter débridé en scrolling horizontal, Metal Slug passa à un simili TPS en 3D. Avec des graphismes moches à pleurer des larmes de vomis, pour reprendre une expression canard pcéenne (rendons à césar...), faisant la part belle à un chara design super derformed WTF, une jouabilité à l'allant et une gestion de la visée et des caméras dignes d'un Prince of Persia de la belle époque, ce titre est une véritable hérésie. Allez zou, à la poubelle.

 

Première position : Bomberman Act Zero

 

Bomberman

 

Si vous pensiez que les jeux précédents étaient des abominations, vous n'avez encore rien vu. Prenez Bomberman. Tout le monde à au moins joué une fois dans sa vie à ce jeu d'une simplicité désarmant et pourtant si addictif. Pour les cancres du fond, je rappelle juste qu'il s'agit là d'un titre mettant en scène de petits bonshommes dont la plus grande passion est de poser des bombes dans le but d'exterminer leurs petits camarades. Jouable essentiellement en multijoueur, le titre d'Hudson Soft est sorti sur à peu près toutes les machines possibles et imaginables. Simple, fun et pas prise de tête pour un rond, ce jeu était parfait pour passer une soirée de jeu entre amis.

Et puis voilà, en 2006, sans doute suite à une commande de Microsoft, sortit Bomberman Act Zero, une abomination sans nom dont il m'est encore difficile d'évoquer le souvenir. Si le gameplay ne change pas, mis à part le fait que tout y est en 3D, le plus choquant reste que tout le design à été revu. De petits bonshommes kawaii tout pleins, on passe à des cyborgs tout droits venus d'un mauvais épisode de terminator, le tout dans un univers sombres et sans âme. Récoltant un très joli score de 34/100 sur Metacritic, et des critiques que je tairai ici pour ne pas vous choquer, ce jeu est une véritable hérésie. J'en tremble d'ailleurs toujours...

Publié dans Top m'en 5

Commenter cet article

Game A 31/03/2011 22:31


Le Metal Slug j'étais même pas au courant. °__°

Par contre j'ai essayé Earthworm Jim...

J'attends un Top m'en 5 avec impatience maintenant, c'est "la 3DS m'a tuer..." D'ici un an ou deux on devrait en avoir une bonne idée.