PSP Go-odbye

Publié le par Kevin-J.

An de grâce 2004. Sony, arrivé depuis maintenant une décennie sur le marché du jeu vidéo, commence à prendre ses aises. Bien installé grâce à ses deux Playstation, dont la deuxième se fourgue par paquet de douze face à un Game Cube qui à raté le train et une XBox qui à du mal à s'imposer malgré les millions de la firme à Billou, Sony se décide alors à s'attaquer à un marché qu'il ne possède pas encore, celui de la console portable. Son adversaire? Nintendo, ancêtre quasi moribond maintenu en vie grâce à la manne infinie des Pokémons, et qui sait malgré tout y faire à ce niveau là. Faut dire qu'à Kyoto, la console portable, c'est devenu une institution depuis le Game Boy.

Pokemonkid

Toujours est-il que l'ami Sony se lance dans l'aventure, la fleur au fusil espérant au passage rafler la mise grâce à son nouveau bijou. Après tout, ils ont bien réussi à entourlouper tout le monde avec la Playstation... La PSP était née. Pas mauvaise bougre, la bête affiche des graphismes à peine inférieurs à ceux d'une PS2, un design racé, un format UMD novateur qui permet même de mater des films, une connectique Wi-Fi et un Media Center tout à fait acceptable. L'autonomie en pâti un peu certes, mais la promesse est belle. Manque de bol pour elle, la PSP doit faire face à un défaut majeur. Sa sortie coïncide avec celle de la petite dernière du Gros N : La DS. Cette petite console de rien du tout, avec ses graphismes pas géniaux, ses formes un peu grossières (rappellez-vous de la DS tank tout de même), et ses fonctionnalités online réduite à la portion congrue. Oui mais voilà, elle possède deux écrans la bougresse, dont un tactile en plus, et bénéficie aussi, accessoirement, de tout le savoir faire et de la ludothèque Nintendo. Un Mario 64 DS plus tard, le sort de la petite PSP était scellé. 

NintendoKid

Nintendo vaincra

Elle à lutté pourtant la PSP: Cure d'amaigrissement, lifting discret, nouvelles fonctionnalités. Las. Faute de proposer des jeux originaux, l'essentiel de sa ludothèque se composant durant deux bonnes années de portages PS2 là ou la DS nous en faisait voir de toutes les couleurs, le désamour fit de plus en plus sentir. Jusqu'à ce qu'à vivoter. Mais en 2009 un nouveau souffle lui est accordé, et la voilà qui renaît sous la forme de la PSP GO. Mais cela ne suffira pas. Décriée par les distributeurs à cause de son passage au tout dématérialisé, conspué par les joueurs ne pouvant plus utiliser leurs UMD, la petite PSP Go, rejetée de tous, mal aimée, ne trouvera jamais son public, tandis que sa consoeur DS continuera de briller, chacune de ses itérations se vendant comme des petits pains. Et pourtant. Il suffit de regarder l'essor des ventes dématerialisées depuis cette période pour se rendre compte que le public était prêt à passer à ce format. 

iLovePSP

Je aimer beaucoup PSP

Vint l'année 2010, une petite année après la naissance de la PSP Go. Des rumeurs se font entendre. Et le couperet tombe en janvier 2011. Sony se prépare à lancer sur le marché un successeur à la PSP, connue sous le nom de NGP. Une seule année d'existence et la PSP Go se voit déjà remplacée. Ce qui nous amène à aujourd'hui. Car après une bonne journée de rumeurs et de démentis, Sony a annoncé qu'il ne produirait plus de PSP Go, et qu'il laisserait s'épuiser les stocks déjà présents sur les marchés, pour se consacré au nouveau bébé de la maison. 

 

Une bien triste histoire que celle de la PSP. Rivale de luxe, mauvaise gestion de la ludothèque, changements un peu trop radicaux et en avance sur leur temps, tout aura joué contre elle. Il ne nous reste plus qu'à la saluer une dernière fois et à lui souhaiter une fin paisible. Sayonara...

Rip

Commenter cet article

Jinoc 21/04/2011 05:02


et pourtant je vois beaucoup de PSP par ici (Sydney), au point de me retrouver lors des reunions du club anime dans une salle remplie de gens devant leur PSP. Alors que je vois peu de DS.


Alvin 21/04/2011 22:32



Des PSP Go ? Le modèle PSP 3000 continue à plutôt bien se vendre, particulièrement au Japon, et se vend bien à l'étranger au niveau des fans de jeux nippon (la console se vend bien au Japon =
beaucoup de productions japonaises). La PSP n'est donc pas entièrement morte mais le modèle Go totalement dématérialisé n'a pas trouvé son public : je viens d'en acheter un et, la blague,
télécharger un jeu en torrent est toujours plus rapide que depuis les serveurs de Sony... Car la PSP reste aussi très facile à pirater.