Chérie, y a plus de papier!

Publié le par Kevin-J.

Derrière ce titre un brin cavalier j'en convient, se cache un sujet d'importance. En effet, Rob Semsey, porte parole d'EA Sports (vous savez, it's in the game), à annoncé aujourd'hui que cette gamme de jeu sortirai désormais dans le commerce totalement dépourvue de manuel d'instruction. La raison? Préserver notre mère nature et son poumon qui se prennent régulièrement des gros coups dans la gueule de la part de leurs enfants chéris (nous quoi). Bah oui, figurez-vous que balancer un petit livret en papier glacé dans chaque exemplaire, livret dont tout le monde se fout au demeurant à cause de tutoriels très explicites, demande une sacré quantité de papier. Surtout quand on écoule quelques 2,6 millions d'exemplaire de son jeu de foot en un weekend. 

 

interesting

 

Cette initiative, fort louable, rejoint celle prise par Ubisoft l'année dernière. L'éditeur français avait en effet annoncé en avril dernier la disparition de ses booklets au profit d'instructions directement insérées dans l'interface du jeu. Initiative qui avait d'ailleurs commencée dès la sortie de Shaun White Snowboarding, mais qui n'a pas du faire long feu, mon exemplaire d'Assassin's Creed Brotherhood s'ornant d'un magnifique, bien que très court, booklet. Mais la société des frangins Guillemot ne s'était pas arrêtée là, vu qu'elle avait aussi déclarée travailler, en partenariat avec Technimark Inc, à l'élaboration de boîtiers 100% propylène recyclés, inaugurés avec la sortie de Splinter Cell Conviction. 

 

Se dirigerait-on vers un avenir vidéoludique verdoyant? Rien n'est moins sur. En effet, une récente enquête de Greenpeace a montrée que, entre autres produits technologiques, les consoles de jeu sont loin d'être des modèles de développement durable et autre respect de l'environnement. En effet, nos braves machines de salon comportent en leurs entrailles de nombreux produits pas très catholiques, et difficilement recyclables, comme le Brome ou le Bérryllium, alors que de nombreux éléments de remplacements, aussi efficaces existent. Il est vrai que lorsque l'on voit les chiffres de vente de nos chères machines, on se dit que la fin de leur cycle de vie (plus ou moins long chez les XBox par exemple) doit être assez coton à gérer. On pourrait aussi évoquer le problème des baies de serveurs consacrées au jeu en ligne, qui comme chacun le sait, sont des gouffres d'énergies et de véritables petites usines à effet de serre. J'en profite pour stigmatiser nos amis joueurs de MMO qui contribuent grandement à cela, en rappelant à tous que les MMO c'est mal, et qu'en plus ça tue la planète à petit feu...

 

mmoplayer

En plus, ils on pas l'air bien malins...

 

Le jeu vidéo est donc un média encore loin d'être parfait en terme de verditude (j'avais pas envie de dire écologie). Du moins, dans son aspect physique. Car le jeu vidéo peut aussi être utilisé comme un outil de responsabilisation du joueur. Son côté ludique en premier lieu, permet de faire passer simplement les concepts écologiques, tandis que le côté interactif pour sa part, implique directement le joueur en le mettant face à ses propres décisions.

 

On peut ainsi retrouver sur l'internet moderne, de nombreux titres qui mettent les joueurs en contact avec des problématiques écologiques bien réelles. Souvent issues du travail d'institutions oeuvrant pour la protection de l'environnement, ces productions estampillées serious gaming sont tout de même un peu en dehors du circuit de distribution classique, et de l'industrie en général. On peut cependant retrouver de très bon jeu, comme Clim City, qui vous donnera l'occasion de gérer une ville dans le but d'en diviser par quatre la production de CO2. Avec cinquante années pour accomplir cet objectif, équivalente à autant de tours de jeu, ce titre permet de mettre en pratique des solutions envisageables dans la réalité (Vous pouvez y jouer ici si cela vous botte). Je pourrai aussi vous parler de Food Force, un jeu crée par le World Food Program, qui vous donnera l'occasion de, au travers de six missions, découvrir les différents aspects que peut gérer cette ONG. Pour vous en faire une meilleure idée, vous pourrez télécharger le jeu à cette adresse.

 

climcity

 

Je pourrai aussi évoquer les jeux "classiques" qui font la part belle à l'écologie, mais cela mériterai un article à lui tout seul, aussi me contenterai-je d'évoquer l'initiative d'Ankama, qui pour son MMO Wakfu, à réussi à créer un environnement fini. J'entend par là que les ressources n'y sont pas inépuisables, et que es joueurs doivent y apprendre se responsabiliser, sous peine de voir leur monde devenir un champ de ruine stérile. Et voilà qui vient conclure mon premier papier actu du mardi. Et dire qu'à la base je voulait vous parler du fait que nos amis outre atlantique ne verront pas le pendu dans le logo de Dead Island...

Commenter cet article